Les charmes du Vieux Nice

En constante évolution, Nice se résume à deux quartiers très différents, l’originel et le moderne. Le Vieux Nice est un régal pour l’œil du visiteur. Rues et placettes sont bordées de maisons aux façades rouges, ocrées et parfois roses. Il est agréable de s’asseoir sur les chaises bleues de l’incontournable Promenade des Anglais (longue de sept kilomètres) pour profiter du panorama sur la Méditerranée.

La crypte archéologique (sous la place Garibaldi) est classée aux Monuments Historiques depuis 2012. La visite de cet ensemble fortifié du XIVe siècle remarquablement conservé nous apprend beaucoup sur le riche passé niçois.

Sur la colline de Cimiez, on s’éloigne de l’agitation citadine. Ici, dans l’ancien jardin d’un monastère du XIIe siècle devenu jardin public, on déambule avec plaisir au milieu d’arbres centenaires aux essences exotiques, jusqu’à la grotte du Lazaret.

On peut aussi tenter un vrai voyage architectural en découvrant la cathédrale russe de l’avenue Nicolas II, un rappel émouvant des églises orthodoxes du Kremlin.

Nice, un dynamisme culturel à couper le souffle

Célèbre pour son carnaval (février), elle dispose d’un opéra, d’un conservatoire, d’un théâtre national, de salles de concerts, d’innombrables musées aux expositions permanentes et bien sûr des studios cinématographiques de la Victorine. Pas une semaine ne s’écoule sans représentation ni concert.

Un petit coup de cœur pour les « Midis musicaux » ; une heure de musique classique à prix réduit de 8 € au moment du déjeuner. Sur réservation et selon un programme variant chaque semaine.

Côté festivités : Concours international Star Senior (avril), Open de tennis Nice Côte d’Azur (mai), traditionnelle fête de la Saint-Pierre (juin), festivals Théâtre aux Arènes et Nice Jazz Festival (juillet), les Plages du rire (août) ou les Jeux de la Francophonie (Septembre). La liste n’est pas exhaustive. L’agenda culturel et festif de la ville est imposant.

Une gastronomie niçoise alléchante

Comme dans toute ville touristique, attention aux offres douteuses. Il semblerait prudent d’éviter certains « pièges à touristes », particulièrement près du Cours Saleya.

La cuisine niçoise traditionnelle est faite de plats aux noms qui chantent : socca, ratatouille, soupe au pistou, poutine, pissaladière, farcis niçois, gnocchis ou estocafic (poisson séché).

Côté bonnes adresses, trois noms reviennent fréquemment.

  • D’abord Le Boudoir, sympathique restaurant de cuisine méditerranéenne (rue Chauvain - Menu midi 15 €).
  • Ensuite La Roustide, quelque peu excentré mais qui vaut le détour (spécialité maison, le menu « Atout truffe » 55 €).
  • Enfin, pour les gastronomes les plus avertis, Le Bistrot Saint-Louis. Son chef, formé chez Ducasse et Rebuchon, propose une cuisine très raffinée dans une ambiance conviviale, avec quelquefois des soirées Jazz.

Autour de la Baie des Anges

La côte et l’arrière-pays niçois sont tortueux, magnifiques et le plus souvent ensoleillés. C’est l’occasion de rejoindre le village de Levens, à une petite demi-heure au nord de Nice. Perché sur les hauteurs entre vallée du Var et Mercantour, il dispose d’un patrimoine médiéval exceptionnel.

Les amateurs de randonnée apprécieront les parcours balisés sur la presqu’île de Saint-Jean-Cap-Ferrat. Les autres pourront flâner en admirant le luxe des villas et la beauté du site où se mêlent le vert terrestre et le bleu marin.

Que cela soit votre ville d'habitation ou un de vos précédents lieux de passage, quelle image avez-vous de Nice ? Quel endroit, quel restaurant, quelle promenade vous a le plus marqué ? N'hésitez pas à échanger vos bonnes adresses dans l'encadré "Commentaires sur l'article" ci-dessous.