Ecosse, les plaisirs de la navigation côtière

Notre bateau très stylé et d’une taille raisonnable pouvait accueillir une centaine de personnes. Les cabines confortables étaient accompagnées d’un service chaleureux et de qualité. Nous avions des animations nocturnes, des repas très conviviaux avec vue sur la mer, le tout sans extravagance.

Appareillage d’Edimbourg à 18 h. Puis dîner à bord et navigation chaque nuit, escales différentes chaque jour. Un rythme qui permet de profiter à la fois du bateau, des beautés marines et des merveilleuses Highlands écossaises.

Pour 1 600 € environ : 8 jours et 7 nuits à bord tout compris, vol aller-retour Paris-Edimbourg et excursions bien organisées.

De gros croisiéristes proposent aussi des « croisières en Ecosse » à partir de 1 200 € pour la même durée mais jamais avec de telles escales et le plus souvent au départ d’Amsterdam, Hambourg ou Copenhague.

La découverte, les excursions de croisière en Ecosse

Première escale près d’Inverness, dans la région du Loch Ness. Promenade à Dornoch dont les plages rappellent la Normandie et visite de Dunrobin Castle, ses jardins à la française et sa fauconnerie.

Puis la découverte de l’archipel des Orcades au nord sous une bruine très scottish. Je garde un beau souvenir des cercles de pierre de Brodgar et du site de Skara Brae vieux de 3 000 ans si bien conservé. Sans oublier la savoureuse visite de la plus ancienne distillerie écossaise à Kirkwall.

Aux îles Hébrides à l’ouest, on s’émerveille de la beauté des sites préhistoriques et de la culture gaélique. On visite le port de Trabert où est né et encore fabriqué le fameux tweed so british !

Mon coup de cœur c’est Gearrannan, le village des blacks houses. Ses maisons de pierres noires aux toits de chaume font face à l’océan atlantique. L’image est magique, tout droit sortie de Braveheart. J’aurais aimé prolonger cette halte.

Magiques Highlands

On contourne en bateau la célèbre région du nord jusqu’à l’escale d’Oban et la sombre vallée de Glencoe dont l’histoire cruelle témoigne du rapprochement entre Ecosse et Angleterre.

Quelques encablures plus haut, malgré une côte déchiquetée, on s’étonne devant les immenses jardins d’Inverewe aux espèces botaniques venues des cinq continents.

Mais le clou du spectacle, bien sûr, ce sont les landes venteuses, le ciel changeant à vue d’œil et les fameux lochs qui dessinent un fantastique paysage. Le plus beau, Loch Maree, s’étale sur 20 km, entouré de forêts et montagnes. Avec un petit air de Canada.

Le voyage se termine par l’indispensable halte à Edimbourg dont le centre est désormais classé au patrimoine historique de l’Unesco. Elle s’affiche pourtant comme une ville jeune, dynamique et cosmopolite.

Ce n’était pas une croisière ordinaire. J’en avais trouvé la trame sur le site d’Art & Vie (voyages culturels et sur mesure). Je ne regrette pas d’avoir choisi ici ma première croisière.