- Le véhicule électrique est-il avant tout urbain ?

« Pas nécessairement, c’est un véhicule qui a un grand intérêt sur des liaisons banlieue-banlieue ou périphérie-grande ville. Les véhicules actuels atteignent 100-120 km, on peut donc sortir des villes. L’idéal est de l’utiliser comme seconde voiture pour faire de petits déplacements : aller à l’école, faire des courses, amener les enfants aux activités. Le véhicule électrique répond parfaitement à cet usage. »

- L’ensemble des marques se positionnent-elles sur le marché de la voiture électrique ?

« Oui, notamment PSA Peugeot-Citroën avec la iOn de Peugeot et la Citröen C0 qui a été le premier groupe français à sortir un véhicule à grande diffusion. Cet été, quelques promotions ont très bien marché. On a aussi une offre très haut de gamme avec le fabriquant américain Tesla qui propose des voitures de sport. »

- Se dirige-t-on vers un parc automobile tout électrique ?

« Non. La voiture électrique ne sera pas avant longtemps capable de faire de longs trajets autoroutiers. Traverser la France en voiture électrique avec la caravane n’est ni pour demain, ni pour après-demain. Elle pourrait par contre devenir la seconde voiture des particuliers plus rapidement que prévu. »

- Quels sont les principaux avantages du véhicule électrique ?

« Tout d’abord, et on en parle peu, ils sont très agréables à conduire : aucun bruit, aucune vibration, pas de passage de vitesse, mieux qu’une boîte auto. Le second avantage est de ne pas passer à la pompe, on recharge juste tous les deux ou trois jours. Les passages chez le garagiste sont très restreints car ce sont des voitures très fiables. Plus d’entretien mécanique, vidange, filtres à air… Vous aurez juste les pneus à changer, car les plaquettes sont très peu sollicitées. Enfin ce véhicule respecte l’environnement, il n’y a donc pas de scrupules à avoir.

Le parc éolien français permettrait d’alimenter 10 millions de véhicules, sachant qu’on espère en vendre dans le meilleur des cas un million par an en 2020. »

- Et ses inconvénients ?

« Le premier est l’autonomie limitée aujourd’hui à 120 km. Cela va augmenter, la Renault Zoe est annoncée à 210 km. Mais elle reste encore une voiture de proximité.

Cette faible autonomie nécessite donc un minimum de planification des trajets. Dernier léger inconvénient, qui se résorbe, est le fait qu’il y ait peu de points de charge publics selon les endroits. À Paris il y en a beaucoup, mais un peu moins ailleurs. »

- Quel est le budget nécessaire pour une voiture électrique ?

« La Zoe de Renault est annoncée à 13 700 €, soit moins chère qu’une Clio à équipement équivalent. Il faut ajouter la location de batterie qui revient à 960 € /an. L’électricité est à 1 € /100 km quand l’essence coûte 10 € /100 km. On retire enfin les 300/400 € d’entretien annuel, ce qui fait de la a voiture électrique un véhicule meilleur marché. »


Réel impact écologique ou supercherie, pensez-vous que la voiture électrique à de l’avenir en France ? N’hésitez pas à donner votre avis sur la question dans l’encadré « Commentaire sur l’article » ci-dessous.