C'est après une fécondation in vitro qu'Erramatti Mangayamma, une Indienne septuagénaire, a accouché jeudi dernier de deux petites filles. Une femme qui est maman pour la première fois et qui détient désormais le record de la grossesse la plus tardive encore jamais vue à ce jour.

Maman pour la première fois à 73 ans

Erramatti n'a jamais pu avoir d'enfant avec son mari depuis 57 ans (Sitharama Rajarao âgé de 80 ans), jusqu'à ce jeudi 5 Septembre 2019. Un don d'ovule a permis à cette femme d'avoir recours à la FIV, non limitée par l'âge en Inde. La grossesse a particulièrement été suivie par une équipe médicale avant la césarienne qui a permis la naissance de deux jumelles, en bonne santé. 
La maman semble également en bonne santé, malgré la fatigue de cette naissance à hauts risques. Elle n'est cependant pas autorisée à allaiter ses deux petites filles, qui pourront bénéficier des dons de la "banque du lait" indienne. 

Le précédent record déjà détenu par une indienne

Erramatti devient la maman la plus âgée du monde, après la naissance de ses jumelles. Elle bat de quelques mois le précédent record, déjà détenu par une indienne âgée de 72 au moment de l'accouchement. 
Selon le médecin de la maman la plus âgée du monde : "C’est un miracle de la médecine moderne. La FIV ne repose pas que sur la science. La grâce de Dieu a aussi son rôle à jouer ». Une opinion qui n'est pas partagée par tous, surtout en France où ce type de pratique est une hérésie.
En Europe, le record de la maternité la plus tardive est détenu par une espagnole, âgée de 66 ans. L'accouchement de Maria del Carmen Bousada de Lara avait eu lieu en 2006, créant un véritable scandale. Malheureusement, Maria del Carmen n'a pu profité de ses jumeaux que très peu de temps puisqu'elle est décédée en 2009 d'un cancer