En France, aucune chance que cette situation se produise un jour, et fort heureusement. C’est en Chine que cette actualité a défrayé la chronique, avant de se répandre dans les médias du monde entier.
Le patron d’une entreprise de conseil a constaté que ses salariés consultants prenaient de plus en plus d’embonpoint. Ni une, ni deux, celui-ci a décidé de les motiver à se mettre au régime en rémunérant chaque kilo perdu !

Une prime rondelette ?

Voilà une façon bien singulière d’augmenter son salaire mensuel, mais le Code du Travail chinois ne semble pas faire cas de cette proposition insolite. Wang Xuebao offre la somme de 200 yuans, soit environ 26 euros, à chaque kilo perdu par ses salariés. Une forte somme au regard du salaire moyen chinois. 
La participation à cette opération se fait sur la base du volontariat et 20 salariés ont déjà répondu à l’appel du régime depuis fin Mars. L’un d’entre eux a d’ailleurs déjà perdu plus de 10 kilos, pour le plus grand plaisir de son patron.

Augmenter la productivité des salariés

Wang Xuebao n’a pas décidé de rémunérer la perte de poids de ses salariés sans raison. Selon lui, la qualité du travail fourni par ses salariés dépend de leur condition physique et leur état de santé. La sédentarité du métier de consultant serait, selon ce patron atypique, la raison de la prise de poids de ses salariés.
En Chine, le taux d’obésité ne cesse de grimper de façon vertigineuse, avec l’ouverture des marchés aux aliments industrialisés occidentaux et surtout américains. La moyenne du poids des chinois s’est ainsi élevée de 3 kilos en moins de 10 ans. Un bien triste record.