Le libre-service n'est pas toujours rentable, si l'on en croit les grands groupes de supermarchés français. En effet, les vols ne cessent de croître avec l'arrivée des caisses automatiques. Les délits vont du "petit oubli" aux plus gros larcins, face à une petite délinquance qui touche toutes les couches de la population...

Des procédés ingénieux

En matière de vol, les esprits sont parfois ingénieux. La preuve en est avec de nouvelles techniques, spécialement inventées pour passer sans contraintes avec son butin aux caisses en libre-service. L'arnaque la plus classique ? Elle concerne les fruits et légumes. Certains clients vont éditer l'étiquette d'un produit moins cher pour ne pas payer le prix réel de ce qu'ils ont mis dans leur panier. Imaginez le prix d'une mangue, pesée aux prix des carottes !
L'échange d'étiquettes est un procédé largement répandu pour les adeptes du vol aux caisses automatiques des supermarchés. Un larcin de quelques euros pour faire des économies au supermarchés, qui reproduit des milliers de fois coûte très cher aux enseignes.

Tous les profils sont concernés

Alors que certains supermarchés proposent le retrait d'espèces aux caisses automatiques, la lutte contre le vol demeure la première préoccupation des grandes et moyennes surfaces. Et tous les profils semblent concernés par ces petits délits. Certains utilisent des stratégies pour palier à un budget très restreint et le manque de certains produits devenus inaccessibles pour eux, comme la viande.
D'autres avouent commettre régulièrement des vols aux caisses libre-service par goût du jeu et du défi. Une façon de se doper à l'adrénaline, malgré les conséquences potentielles. Ainsi et contrairement à ce que l'on pourrait penser, les personnes les plus défavorisées ne représentent pas la majorité des repsonsables de ces délits, aujourd'hui largement répandus. 

Quatre types de vols

Selon la chercheuse en criminologie britannique Emmeline Taylor, il existe quatre grands types de vols aux caisses automatiques.
Le vol par substitution : le client a pesé un échangé une étiquette pour ne pas payer le prix réel du produit.
Le vol par accident : suite à un vol non intentionnel, le client comprend la simplicité du principe et le reproduit régulièrement.
Le vol par compensation : le client va rejeter la faute sur l'utilisation des machines automatiques et la rentabilité de ce système. Il estime que le vol est une compensation du défaut de service client.
Le vol par frustration : le client va rejeter la faute sur un problème lié à l'étiquetage ou à l'absence d'informations en caisse ("je n'ai pas trouvé la référence des mangues, donc j'ai choisi les pommes.").