Quintonic
Le site pour sortir, s'amuser et se rencontrer
(parce que la vie commence à 50 ans !)

Au jardin, à chacun son compagnon

par © Reed Contents, Perrine Roux.
26/11/2012 | Commentaires (9)
Partager par mail
Reed659

Tous les jardiniers en rêve : se passer des produits polluants et toxiques utilisés pour fertiliser, désherber, éloigner les nuisibles… Une technique naturelle existe : le compagnonnage. Autrement dit, le fait d'associer des plantes pour créer un environnement idéal à leur développement.

Le compagnonnage : une longue expérience

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le compagnonnage n’est pas une technique nouvelle dans nos jardins. Elle a certes été quelque peu oubliée, notamment du fait de l’apparition de tous les produits chimiques de jardinage qui facilitent le travail. Mais l’idée est simple : associer différentes espèces, en les faisant pousser les unes à côté des autres, pour qu’elles s’entraident. Le compagnonnage est surtout utilisé dans le potager, pour éloigner les nuisibles, éviter les mauvaises herbes, favoriser l’épanouissement… Bien entendu, a contrario, certaines espèces ne doivent pas être voisines.

Issu d’une longue expérience et d’années d’observations par des générations de jardiniers, le compagnonnage n’est pas aussi ésotérique qu’il peut paraître au premier abord. Loin d’être une veille superstition, le compagnonnage est bien une technique empirique et naturelle, qui présente en plus l’avantage de nous conduire à diversifier nos cultures.

À chaque plante son compagnon

Créer un potager selon les principes du compagnonnage, c’est donc prévoir les rangées de légumes et herbes aromatiques en fonction des prédispositions de chaque espèce. Certains principes de base vont ainsi vous guider.

De manière générale, notez que les apiacées, autrement appelées ombellifères, se protègent les uns les autres. Les légumineuses ont quant à elles la faculté d’enrichir le sol en azote, par contre elles font très mauvais ménage avec les liliacées. Les herbes aromatiques ont pour leur part souvent le pouvoir d’éloigner les insectes. Vous trouverez aussi des tableaux reprenant les principes du compagnonnage, listant ainsi les différentes associations.

Les associations à privilégier au jardin

Sachez tout d’abord que :

  • Les poireaux et les oignons ont la faculté d’éloigner la mouche des carottes. L’idée est donc d’alterner une rangée de poireaux, une de carottes, une d’oignons et ainsi de suite. Par contre, éloignez-les des haricots, brocolis et autres choux.
  • L’ail quant à lui repousse les insectes, une qualité particulièrement appréciée par les fraises, tomates, betteraves et carottes qui l’apprécieront tout particulièrement comme voisin, contrairement aux choux, haricots et pois.
  • Autre exemple, le basilic, qui tient à bonne distance mouches et moustiques. Un environnement idéal pour les asperges, le thym entre autres, et surtout pour les tomates qui verront leur goût rehaussé par la présence de ce compagnon.
  • Par contre, n’associez pas tomates et pommes de terre, ni persil et céleri, ou encore concombre et sauge.
  • Le cas particulier du potager, c’est le fenouil : veillez à bien l’éloigner de tous les autres, sans aucune exception.

En suivant les principes du compagnonnage au jardin, vous créerez facilement un environnement sain et propice à vos cultures.

Commentaires sur l'article (9)

Pour donner votre avis, connectez-vous !

Les mains-vertes

  • najla
  • aguera
  • julie_51
  • capitaine85
  • camommille
  • anne2312
  • teo63
  • soleildeprovence
  • harmonie19
  • sarry